Avertir le modérateur

lundi, 28 septembre 2015

Journée "sans autos" à Paris : avis mitigés

plan Paris.jpgLes Champs-Elysées noirs de monde ne laissaient aucun doute, ils étaient bien dans le périmètre de la zone sans autos. Ailleurs il était difficile de le savoir, surtout si on débarquait « à contre-sens », tant taxis et bus étaient nombreux, et, surtout, rapides. Choses vues à cette « journée sans voiture » parisienne aux résultats mitigés, et compilation de points de vue différents.


Pourtant quoi de plus normal que de rouler dans les deux sens s'il n'y a plus que quelques autos, à la vitesse limitée à 20 à l'heure ? Quelques petits groupes de courageux l'ont tenté, rue de Turbigo, rue de Rivoli, quai d'Orsay ... pour y renoncer assez vite. Et la randonnée en planches à roulettes s'est engoufré, non sur ce même quai, mais sur la partie de voie sur berges déjà garantie piétonne toute l'année.

Drôle d'impression que cette «zone sans autos» aux limites peu perceptibles. Les barrières étaient tenues par des civils, bénévoles, recrutés dans le Nord, dans une association d'étudiants du Val d'Oise, dans celle d'une école supérieure privée... T-shirt et blouson de nylon offerts, pique-nique fourni. Leur principal problème aura été d'empêcher les mobylettes de s'infiltrer, ce qu'ils n'ont pas toujours réussi à faire.

Finalement il n'y avait pas vraiment le choix. Les sens de circulation, sauf dans les rues désertes, n'ont pas été bouleversés, et le respect des feux est souvent resté indispensable. Sans eux par exemple le boulevard de Strasbourg, pourtant « sans autos », était intraversable. Car s'il y a quelque chose de certain, c'est que la règle du 20 km/heure a été glorieusement ignorée. A l'intérieur de la zone, et pour l'extérieur je n'ai pas eu le temps d'aller voir.

Rivoli.jpg

 

La préfecture de police (relevant directement du gouvernement) avait refusé que le périmètre soit plus grand. Je l'ai trouvé bien assez vaste, déjà si mal maîtrisé, si peu convainquant. De la journée je n'ai pas vu un policier, peut-être étaient-ils dans la foule en civil ? Par contre une dizaine de cars de la gendarmerie stationnait moteur tournant rue du Temple, à proximité de la place de la République.

Là se tenait le « village » d'Alternatiba, vaste rassemblement écologiste, et d'ailleurs se trouvant très à l'étroit sur la place avec leurs nombreux stands, concerts, conférences, buvettes... Les « transports » y étaient plutôt mal lotis, tout au fond à gauche, derrière l'immense podium qui se chargeait bien de remplacer les autos en matière de bruit. Les deux événements étaient concomittants mais ne se sont guère parlé.

REV.jpeg

 

A 18 heures les choses sont soudain devenues claires, quant même. La «journée» était finie et ça se voyait. « Bilan mitigé » selon le mot de Rémi, un lecteur rencontré sur le quai d'Orsay vers 17 h. «Un impact significatif, mais très local, sur certains axes (d'autant que) les conditions météorologiques étaient plutôt favorables à la dispersion», indique Airparif. «A renouveler et élargir» dit Ch. Najdovski (adjoint à la maire de Paris) sur twitter. A améliorer, surtout...

Champs-elysees.jpg

 

 

Avis partagés ! Compilation réalisée jusqu'au 30 septembre. 

  • Ecouter l'interwiew de Charles Maguin, président de l'association Paris en Selle sur Sud radio

podcast

  • Reportage enthousiaste sur place dès l'ouverture par Abel Guggenheim, et appréciation plus que mitigée de Olivier Razemon, dans Roue-libre. Un dimanche et avec si peu d'habitants concernés, cela n'induit aucun changement de comportement! Une belle image, pas plus … C'est mieux que "rien" disent-ils tous en coeur. Une émission très forte. 
  • Les images parlent d'elles-même (sur twitter), petite vidéo : 
  • "Florilège de 5 minutes de la Journée Sans Voiture dans la zone concernée ou aux abords, avec un peu de voiture, mais aussi beaucoup de calme." Par Sortir de Paris à vélo. 5 minutes de la Journée Sans Voiture Paris 2015, sur Youtube.
  • "C'est frileux, il faudrait faire beaucoup plus, il faudrait être hardi et prendre des positions franches parce que les demi-mesures, on a toujours l'impression qu'il y a une recherche de compromis, on veut fâcher personne alors qu'aujourd'hui il faut prendre des décisions", a regretté Renaud, un cycliste cité par La Nouvelle république du Centre (article avec pas mal d'informations).

 *

plan Paris.jpg

Commentaires

Vous ne parlez pas des masses de cyclistes qui ont parcouru le centre de la ville, et évoquez cela comme une simple "belle image"... Ce que j'ai vu de mon côté, c'est d'innombrables piétons et cyclistes, pour la plupart ravis de profiter de ce moment, pédalant et marchant dans une bonne humeur palpable.
Il suffit de lire les réseaux sociaux pour se convaincre que cette opération a été un succès, évidemment perfectible (qui en doutait ?) mais un succès quand même.

Écrit par : Ouimais | lundi, 28 septembre 2015

Vous avez vu les nombreux participants. J'espère que vous les avez vus en vrai.
O. Razemon a vu l'absence de vertu pédagogique et parle de "belle image".
J'ai regretté que cela ne soit pas l'occasion de voir la ville autrement (double-sens, feux, etc).
La Nouvelle République a trouvé que l'on s'arrêtait en chemin. La Dépêche titre sur "une journée plutôt frileuse". Et Métronews se demande si c'est un gros succès ou un "amuse-bobo".
Les réseaux sociaux que j'ai consultés avaient un avis mitigé, tout comme le lecteur rencontré (cité) et Sylvie, une amie cycliste croisée le matin.
Le Parisien rapporte que Velorution parle de "farce", "l’association craint que la journée ne soit surtout qu’un "beau gadget" : "Il y a eu beaucoup de com’ face au monde entier. Qu’est-ce qu’on va faire les 364 jours ?" aura dit le collectif à Métronews.
Un autre ami (qui n'y était pas) me dit que ça montre le besoin d'espaces de loisir.
Tous ces avis se complètent, ce sont des points de vue différents. La journée était censée sensibiliser au réchauffement climatique. Elle a surtout sensibilisé au plaisir qu'il y a à se promener sans autos! C'est déjà pas si mal.

Écrit par : Isabelle | lundi, 28 septembre 2015

C'est en rentrant chez moi après un w.e. prolongé, par un croissant gare Montparnasse > Bastille > Pte de La Villette > canal de St Denis que j'ai réalisé qu'à un moment donné, il n'y avait (presque) plus de voitures, mais une foultitude de piétons et cyclistes, parfois bien à l'étroit dans certaines rues, tout ce monde circulant dans une joyeuse anarchie obligeant à pédaler de façon mesurée et attentive.
Pour conclure, l'appellation Paris sans voiture ou Journée sans voiture était un brin pompeuse, et fausse, tant par son aire géographique que par sa plage horaire.
Bon, disons que c'est un premier pas. Les suivants pourraient être de la rendre mensuelle, voire hebdomadaire, de 9h à 19h, et sur un plus grand nombre d' arrondissements.

Écrit par : Jean-Jacques | vendredi, 02 octobre 2015

Je n'en ai pas vu grand chose, tout occupé par le village Alternatiba de la République!
Qu'importe, c'est une première et c'est déjà bien, réjouissons-nous en, notons tous les points positifs (beau temps, beaucoup de monde, a participé à la prise de conscience qu'une ville avec moins de voitures, c'est plus cool !).
Soyons positifs et projetons-nous dans un futur proche où 40% des déplacements intra-muros se feront à vélo (le potentiel est encore plus haut) et imaginons une trajectoire entre aujourd'hui et ce jour !
Oui, il faut pérenniser l'événement et le rendre régulier, mensuel serait super, mais allons y progressivement : 2 Paris sans voiture en 2016, un au début du Printemps, le second à l'automne. Cela nous donne six mois pour préparer la prochaine édition. Combinons avec d'autres initiatives autour des circulations "douces" et de la transition énergétique, avec la Convergence Francilienne, d'autres événements Alternatiba, etc. Et en 2017 on en fait 4, 8 en 2018 et 1 par mois en 2019 !
Une chose est certaine : cette place dans la ville que nous appelons de nos voeux, elle ne nous sera pas offerte sur un plateau, nous devrons la conquérir, et c'est maintenant ou jamais, alors on y va ? Chiche !?

Écrit par : BikePower | dimanche, 04 octobre 2015

Je n'étais pas "enthousiaste", j'ai simplement développé "le verre à moitié plein" parce qu'O. Razemon avait montré "le verre à moitié vide". Je pense que cette journée ne mérite ni les torrents d'enthousiasme de la Ville de Paris, ni les critiques acerbes de certains.
Je suis favorable à ce qu'on recommence, avec des améliorations, mais pas quantitatives, plutôt qualitatives :
- Plutôt qu'un agrandissement de la zone interdite aux voitures, je préférerais qu'on la garde de la même taille mais qu'on y éteigne TOUS les feux de signalisation et qu'on mette un cache sur TOUS les panneaux de sens interdit.
- A l'extérieur de la zone réservée, je souhaite qu'on garde l'interdiction de rouler à plus de 20 km/h, mais qu'on fasse en sorte d'imposer cette vitesse. Pour cela il faut recalculer tous les cycles de feux, en calant à cette vitesse les "ondes vertes" des grands axes, boulevards Haussmann, St Michel, de Strasbourg, rues Lecourbe, de Vaugirard, Saint-Jacques, avenues d'Ivry, de Choisy, Montaigne ... Ce sera de toutes façons un bon exercice pour quand il faudra recalculer les cycles de feux pour y implanter les Réseaux Express Vélos ...

Écrit par : Abel | lundi, 05 octobre 2015

"Journée sans voiture 1998-2004 - On avait oublié et ça se comprend."
Une excellente rétrospective de cette journée-ci, de celles des années d'autrefois, et des mêmes lieux aux mêmes heures la semaine d'après ... réalisée par Emmanuel et publiée sur son non-moins excellent blog "Sortir de Paris à vélo".

Écrit par : Isabelle | mardi, 06 octobre 2015

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu