Avertir le modérateur

mercredi, 14 janvier 2015

Pistes d'Ile-de-France, ne vous fiez pas aux chiffres !

chapô.jpgL'institut d'aménagement et d'Urbanisme de la région-capitale publiait en décembre une «note rapide» au titre accrocheur: «Toujours plus d’itinéraires cyclables en Île-de-France». On s'approcherait de la réalité en parlant plutôt de toujours plus de petits bouts de pistes. La preuve en quelques photos. Pour COP 21 on est assez loin du compte...


La note de l'IAU-IdF nous apprend que l'on construit en Ile-de-France, depuis 2010, de plus en plus … non plus d'itinéraires (mot du titre) mais de linéaires (mot du texte), et que près de la moitié se trouve dans le territoire de la future Métropole. 

« Avec 3 532 km recensés fin 2012, le linéaire cyclable francilien continue de s’étoffer. Il croît de 61 % entre 2007 et 2012, évolution comparable à celle observée en France sur la même période : autour de 67 %. » nous précise la présentation. Comme nous avons une densité de "coupures linéaires" (1) bien supérieure à partout ailleurs, nous devrions avoir aussi bien plus de solutions compensatrices.

Notons tout d'abord que ces enquêtes sont réalisées par questionnaire adressé aux collectivités territoriales, et que 23 % y a répondu. On peut espérer que ce sont celles qui ont des aménagements, mais on peut aussi penser qu'elles tendent à répondre à leur avantage.

Les lecteurs seront ravis d'apprendre que environ 46% des aménagements sont concentrés au cœur de l'agglomération, et ne manqueront pas de se dire qu'ils aimeraient aussi aller se promener au calme. 

 

extrait carte.jpgQuant à moi je souligne évidemment que «linéaire» ne veut pas dire «continuité», que nombre de km ne veut pas dire qualité, mais que la notion de «kilomètres sans obstacle» commencerait à présenter un intérêt.

La lecture de la carte publiée dans la note me fait voir ce dont je me doutais bien, c'est que personne n'a déclaré qu'il avait détruit des pistes.

Extrait de la carte, de l'aéroport d'Orly (au sud) au Kremlin-Bicêtre.
Les pistes sont en rouge. Distance concernée : moins de 12 km.

Or sur le terrain les pistes en petits morceaux, les pistes disparues ou les pseudos-pistes sont légion. Pire, devrait-on ajouter, ne figurent pas sur la carte les pistes qui auraient dû être construites et qui ne l'ont pas été, par exemple à l'occasion de la construction d'un franchissement pour tramway. Celles-là devraient être comptées en moins dans le total !!!

 

Pour illustrer ces propos, voici des photos prise le 1er janvier 2015 entre Orly et Paris, le long du tramway n° 7 inauguré à la mi-décembre et le long de la RN7 réaménagée il y a peu. Distance concernée : environ 10 km, à peine de quoi se chauffer les muscles.

ok-LA piste de la carte.JPG

ok-bandes cyclables.JPGCe qui reste de la piste d'Orly, construite probablement dans les années 60. Aujourd'hui on ne la trouve pas depuis l'aéroport, ce qui semble la remplacer (des bandes cyclables ici) ne lui donne pas plus accès, et la piste qui longe le tramway ne permet pas non plus d'accéder au centre commercial de Belle épine. Ce sont pourtant des cibles évidentes. Voir (2).

ok-entrée passerelle.JPG

S'il y a passerelle, c'est qu'il y a obstacle à franchir, non ? La situation des piétons paraît encore pire que celle des cyclistes. Bien noter s'il-vous-plaît que cette passerelle est interdite aux piétons et aux vélos sauf s'ils sont de la RATP, et autorisée à tous les autres, notamment automobilistes et chauffeurs de camions. Un grand merci pour votre incompétence.

ok-traversée tram.JPG

ok-piste Trottoir.JPG

ok-fin de piste en ville.JPG


Et pour finir ... l'art d'éviter aux Franciliens de changer leurs habitudes.

ok-veligo.JPG


Ce ne sont que quelques exemples, malheureusement trouvables à l'identique partout dans la région. "Pistes" sur trottoir, d'un seul côté, de l'autre, des deux; chicanes, traversées multiples au bon vouloir des bolides, interruptions sans suite, absence de jalonnement... sont le lot permanent de celui ou celle qui s'essaye à rouler en Ile-de-France (3).

Occasions manquées, vision terrorisée par les mobylettes ou le trafic, interruptions permanentes faute de plan d'ensemble, poussière épaisse et panneaux de publicité ... Quand en sortirons-nous ? 




(1) Frédéric Héran : La ville morcelée, effets de coupure en milieu urbain. Economica, avril 2011.

(2) Description de la piste cyclable d'Orly, site de randonnée à rollers : "Un cadre triste mais une belle piste cyclable qui joint l'aéroport d'Orly à Rungis." Vous pourrez en apprécier le commentaire du  27 juin 2014.

(3) J'ai évoqué ces discontinuités à l'occasion de la présentation de la véloroute Paris - Londres et de l'itinéraire Paris - Tours, lui-même début du Paris - Mont-Saint-Michel.


Commentaires

Bonjour, je connais cette fameuse passerelle, tout l'aménagement du T7 dans cette zone est une complète aberration, juste après il traverse un champs avec un grand trottoir inutile de chaque côté mais toujours pas de piste cyclable (pas la place ?), etc.
Je croyais que la prise en compte des modes de déplacement durables était obligatoire lors de l'aménagement de nouvelles infrastructures. Peut-on envisager une action en justice, dans ce cas ?

Écrit par : Julien | mercredi, 14 janvier 2015

Nous rencontrons des problèmes identiques dans le val de Loire: Entre la "com" et les réalisations sur le terrain, il y a souvent un fossé.

Écrit par : Carl | mercredi, 14 janvier 2015

Problème similaire le long du tramway T6, inauguré ce mois de décembre. 11 km d'itinéraire cyclable annoncé sur les 14 km du tramway, avec de plus certaines portions mal conçues et quelques belles coupures (notamment un rond-point très dangereux à Châtillon). Belle occasion manquée sur une réalisation toute récente...

Écrit par : David | jeudi, 15 janvier 2015

Un grand merci ! Merci d'avoir enfin posé LE problème : à quoi bon faire des équipements dits "pour les cyclistes" si ces aménagements sont absolument inutilisables ? Question à poser a un élu. J'ai hâte de voir quelle sera la réponse ...

Écrit par : Eric P. | jeudi, 15 janvier 2015

Isabelle Lesens illustre parfaitement le problème politique du vélo en France : il faut aligner du km d'aménagement, peu importent les discontinuités, la qualité ou tout simplement leur respect par les automobilistes.
Mettons les élus et les architectes sur des vélos pour leur faire parcourir "leurs" créations, notamment sur l'île de Nantes où c'est une catastrophe.
D'ailleurs, dans le «document socle» du débat sur la Loire, page 135, il est écrit : «Là encore, la mobilité est-ouest se développe avec la véloroute, voie dédiée et autonome permettant de traverser l’île». Tout pour la com' ! Qualifier de "véloroute" les aménagements d'est en ouest de l'île de Nantes est injustifié et injustifiable. Place au Vélo Nantes l'a déjà dit à Nantes Métropole mais la com' continue...

Écrit par : Sam_Nantes | vendredi, 16 janvier 2015

Vous pouvez rajouter, aux élus et architectes, certains auteurs de cartes (je n'écris pas "cartographes"!). Aligner le kilométrage d'aménagement permet d'enrichir les cartes d'aménagement, qui deviennent une base de communication très difficile à contester : je peux constater que même chez ceux qui doutent de tout reportage, de tout article, de toute statistique, une carte, au moins, "c'est vrai".
Par exemple pour l'Ile de Nantes, si je me base sur les cartes d'aménagements cyclables, que ce soit une carte fait en lien avec les autorités comme celle de Geovelo, ou encore celle de Google Maps, ou encore celle d'OpenStreetMap (lien dans ma signature vers les trois illustrations correspondantes dans cette ordre), sans expérience de la différence entre les cartes et le terrain, je pourrais penser "Vu ces cartes, Sam_Nantes exagère". La communication est réussie : je découvrirai les problèmes seulement une fois sur place.
Avec les "itinéraires cyclables conseillés officiels", on peut même faire de la communication sur des cartes sans réels aménagements ! A Paris, douze itinéraires cyclables conseillés officiels maillent la capitale, qu'on retrouve sur certaines cartes, mais presque pas sur le terrain.

Écrit par : Em | dimanche, 18 janvier 2015

Un exemple de "linéaire" qui est tout sauf un réel aménagement cyclable... mais figure pourtant sur les cartes des aménagements cyclables éditées par la Région Île de France : à Sannois (95) une "bande cyclable" bilatérale unidirectionnelle est censée partir de la gare en direction de Franconville.
Sauf que ce coup de peinture, entre la gare et la mairie, est tellement proche du stationnement automobile, lui-même très contraint, que les automobiles peuvent avoir les roues dans le caniveau ou sur la chaussée, et que le trait de cette bande cyclable peut tout juste être considéré comme la distance au-delà de laquelle il faut rouler pour limiter les risques d'emportièrage (comme disent les Québécois). Voir la "Google street view" dans ma signature.

Écrit par : Jean-Jacques | dimanche, 18 janvier 2015

Bonsoir, je roule de Champigny (Paris-Est) au 11ème arrondissement sur 16km dont 6 de Bois de Vincennes. Si cela intéresse, je peux partager les mêmes bizarreries que celles évoquées, photos à l'appui. La plus belle bizarrerie : un panneau avec la mention "Cyclistes, pied à terre".
D'autre part, je suis allé 4 samedis depuis novembre à la maison du vélo de la ville de Paris près de la place de la Bastille : c'est toujours clos aux heures dites d'ouverture... Je cherchais les pistes cyclables !

Écrit par : Denis PINARD | lundi, 19 janvier 2015

Bonjour, à propos de linéaire, vous serez heureux d'apprendre que le cg94 a entamé des travaux d'aménagement sur la RD127 à l'Haÿ et Cachan. Ces travaux comportent une piste cyclable. Chic! .. Sur le trottoir ! Dommage! Pour se déplacer à vélo, ça risque d'être encore plus compliqué .

Écrit par : Thierry C. | mardi, 27 janvier 2015

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu