Avertir le modérateur

jeudi, 11 décembre 2014

Thibault et le bonheur d'aller au travail à vélo

Deuxième témoignage de Thibault, sur le chemin du travail cette fois : Il passe par la «coulée verte du TGV atlantique», au sud de Paris, et s'en trouve ravi.


«On quitte les bras de sa mère pour le guidon de sa bicyclette». C’est en ces termes qu’Antoine Blondin parle de l’importance du vélo dans sa vie. Moi qui pédale régulièrement et depuis toujours, je pourrais sans problème faire mienne cette citation du génial journaliste de l’Equipe.

A vélo ce matin ?
Chaque matin pour aller travailler, je scrute le ciel. Je ne peux m’offrir le luxe d’arriver mouillé au travail. Je consulte le site de météo-France et si le temps le permet je trace. 

12 km de piste
De Balard à Chatenay-Malabry la route est dégagée. 12km de piste cyclable. 24 km aller retour. De ce parcours, je connais tout. La côte du boulevard Lefevbre me permet de dérouiller mes jambes. La traversée du périph à la porte de la Plaine me fait toujours aussi peur, même si je l’enjambe. Puis je longe la voie ferrée qui porte les métros de la ligne 13 et les TGV de Montparnasse qui se chauffent en sortant de la gare. J’arrive devant Notre Dame de France à Malakoff.  J’ai une pensée toute particulière pour Théophane (1) qui joue dans la cour de récréation. La piste qui était en goudron est maintenant en terre. Les jours de grand soleil, la poussière vole et s’infiltre partout.

Puis c’est la traversée de Chatillon et l’arrivée à Bagneux.

Je suis déjà à la moitié de mon périple. J’arrive à Fontenay aux Roses. La route se fait plus tortueuse. Les montées et les descentes sont plus courtes mais bien plus raides. Je retrouve des têtes connues. La magie de la coulée verte opère. Nous nous croisons chaque jour à la même heure. Nous ne savons rien les uns des autres mais nos visages et nos vélos nous sont familiers. L’absence du vélo bleu de 8h10 interroge alors que nous ne savons rien des autres. Nos échanges se limitent à un «merci», un «bonjour» au passage d’une chicane.

A Sceaux la descente permet un excès de vitesse sans risque de contravention. De magnifiques fleurs sauvages multicolores se sont installées pendant la nuit.

témoignage 

Me voilà déjà devant le parc du château de Sceaux, une merveille … Depuis Chatenay-Malabry la vue est superbe, sur le château et sur le parc. Je m’arrête régulièrement pour contempler cette beauté.

Il est 8h30 les collégiens sont rentrés. Ils ont repris leur cours de gymnastique. Je les regarde s’essayant au javelot.

Je suis presque au passage de l’A86 et je bifurque à droite pour remonter le boulevard de la division Leclerc vers le petit Clamart. La batterie de mon vélo (2) me permet de grimper cette dernière difficulté sans problème. Me voici devant l’immeuble de la fondation où je travaille (3). Une journée de travail m’attend avant un retour tout aussi chouette.


Le vélo est une magnifique école du réel, de la vie. Il facilite les rencontres …

Thibault Delafon 

 

 

 

  1. Théophane, son fils de 7 ans dont nous avons fait connaissance fin octobre.

  2. Et voici le secret ... car Isabelle connaît très bien cet itinéraire, et le trouve tout à fait inutilisable malgré l'agrément très réel de son paysage !!! Le VAE ou la solution à mauvais aménagement apportée par chaque individu.

  3. Thibault travaille à la Fondation des Amis de l’atelier, une œuvre au service des enfants et adultes handicapés mentaux et psychiques. Mais notre rencontre en vrai a eu lieu lors d’une réunion de notre conseil de quartier, et par internet via ... Isabelle et le vélo


Commentaires

Bel article :-)
> Chaque matin pour aller travailler, je scrute le ciel. Je ne peux m’offrir le luxe d’arriver mouillé au travail. Faux problème:
1. a) Il pleut beaucoup moins à Paris qu'on ne le pense, b) il pleut rarement toute la journée, et c) en moins grande quantité qu'on le croit généralement. Voir signature.
2. Si malgré tout, il faut rouler sous la pluie, la solution :
- Fulap pour le haut: http://www.spaddeville.com/collection.html
- guêtres + chaussures de pluie pour protéger le bas.
Totalement sec à l'arrivée. Problème résolu.
3. Parcours de 9,7 km. http://goo.gl/maps/wmvL1

Écrit par : Vincent T. | vendredi, 12 décembre 2014

Son parcours est plus long car il habite dans le XV°, pas à Balard, et il passe par la coulée verte, qu'il prend sans doute Porte de Vanves ...

Écrit par : Isabelle | vendredi, 12 décembre 2014

Vincent, merci pour vos infos. Effectivement je récupère la coulée verte porte de Vanves. C'est plus long mais bien plus agréable.

Écrit par : Delafon | lundi, 15 décembre 2014

Ce texte a également été proposé au trimestriel Le Randonneur, qui vient de le publier dans son jus. Comme ça vous pouvez voir la différence entre un article sans travail dessus et un article dont on s'est occupé. Moi j'apprécie très moyennement ce doublon.

Écrit par : Isabelle | samedi, 20 décembre 2014

Nous connaissons très bien la Coulée Verte du Sud Parisien (maintenant rebaptisée Promenade des Vallons de la Bièvre) puisque nous avons même tracé des e-guides de balades à vélo et d'itinéraires de vélotaf en l'empruntant en partie.
Je suis tout à fait d'accord avec Isabelle. Cette piste cyclable est victime de son succès. Il y a de plus en plus de monde qui l'emprunte que ce soit en balade ou en vélotaf. Et au lieu d'élargir la piste cyclable en la séparant de la zone piétonne et en améliorant celle ci avec un revêtement adéquat qui inciterait les piétons à y rester (poussettes et rollers roulent mieux sur du bitume que sur la terre de la piste pour piétons), on multiplie les chicanes et les dos d'ânes!!!
En vélotaf, c'est infernal. Si on a des sacoches un peu volumineuses, on est obligé de mettre pied à terre pour passer les chicanes. En balade, c'est aussi infernal, surtout toute la portion à proximité de la gare de Châtillon, où, entre les dos d'ânes pour ralentir les camions, et les chiens et gamins parsemés sur la piste, on se croirait dans un jeu vidéo pour éviter les obstacles.
Et le comble c'est qu'il est quasiment impossible de prendre la Coulée Verte avec une remorque pour enfants. En conclusion, c'est une belle conception d'ingénieurs qui fait du 9h - 18h dans un bureau feutré...

Écrit par : Marie-Florence Chabbal | dimanche, 21 décembre 2014

C'est même encore pire !!!! Au début piste cyclable et chemin piétonnier étaient distincts, puis ont été fondus en un seul, pendant que les chicanes n'ont cessé de se multiplier. Sacoches ou pas, je n'arrive jamais à ne pas poser pied à terre. Au lieu de rendre les carrefours sûrs, on préfère embêter les cyclistes. De plus certaines côtes sont telles que je ne réussis à les passer que lorsque j'ai un vélo avec petit plateau et aucun bagage. La conception de ce linéaire a toujours été plus "promenade" que voie structurante (à part sur les cartes de l'IAU), mais les choses n'ont fait que s'aggraver, après au moins 15 ans pour la construire !!! C'est un gros gâchis que la rareté des aménagements dans la région ne nous autorisait pas !

Écrit par : Isabelle | dimanche, 21 décembre 2014

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu