La une des lecteursTous les blogsles top listes
Envoyer ce blog à un amiAvertir le modérateur

vendredi, 28 juin 2013

Une histoire du cyclotourisme ?

Histoire du cyclotourisme, 2ème partie : 1939 – 1955
par Raymond Henry, 
édité par la fédération française de cyclotourisme (FFCT).

histoire,livre

A la veille du 100ème Tour de France cycliste, il peut paraître curieux de présenter le 2nd tome d'une histoire du cyclotourisme. La curiosité des lecteurs avertis que vous êtes ne peut que s'en trouver piquée, puisque le vélo de ville et le vélo de promenade ou de voyage ne relèvent pas de la même philosophie que le vélo de sport. Mais justement, l'histoire de la fédération française de cyclotourisme, FFCT, véritable objet de cette "Histoire du cyclotourisme", est liée depuis l'origine à celle de la FFC, fédération française de cyclisme... Aujourd'hui la FFCT est-elle une fédération sportive ou une association touristique ? Sa présence partout où l'on parle de vélo rend légitime de s'y intéresser. (Article trop long pour être lu à l'écran, mieux vaudrait l'imprimer)


Vous dire que ce tome 2 se lit plus facilement que le premier serait vous mentir, vous laisser croire que vous pourriez l'emporter dans vos sacoches pour les longues soirées de bivouac serait une escroquerie, tant il est lourd et grand. Mais vous dire qu'il est salutaire de le lire, là, c'est bien mon avis. Et comme il va pleuvoir, hum, vous aurez le temps.

----- Un livre d'archives --------------------------------------
Ce livre a été rédigé, comme le 1er tome, à partir des archives du "cyclotourisme officiel", complétées ici par des archives "familiales" et même les souvenirs de l'auteur, qui se met aussi en scène en tant que rédacteur ou interpelle son lecteur : qui sait où est tel document ? qui peut identifier telle personne sur la photo ? .... Ainsi ce livre intéressera tout un chacun, pour peu qu'il ait eu de la partie un père, oncle ou un grand-père, ou, plus rarement, mère, tante ou grand-mère. C'est un ouvrage scrupuleux, qui donne les nombres de participants et même la météo de la plupart des "organisations"... Ce livre est en lui-même une sorte d'archive, de coffre bien rempli, et il fallait bien que quelqu'un le fasse.

Certains chapitres sont vraiment saisissants, par exemple ce récit d'un voyage en Allemagne effectué en 1939, ou les activités cyclotes pendant l'occupation. Tous, nous complèterons aussi notre histoire politique en apprenant au détour d'une page qu'en 1942 la FFCT s'en prenait à la SNCF pour le transport des vélos, ou critiquait les "trottoirs cyclables" en réclamant des "bandes de sécurité" et autres bandes cyclables (sur chaussée ou trottoir) "contre l'utopie des routes pour cyclistes" (p. 272). Elle créait aussi des "foyers d'étape", qui n'eurent guère plus de succès que ses "camps de toile".

Très tôt aussi la FFCT s'alarme du danger des routes. Tenez-vous bien, en 1953, il y a eu 3730 tués sur les routes de France, dont ... 1042 cyclistes (p. 278) !!!! Alors elle se préoccupe de sécurité routière, veut créer un comité de défense des cyclistes, essaye de faire de la promotion en milieu scolaire... La FFCT à cette époque tente de représenter toutes les pratiques du vélo.

Justement, savez-vous qui fut le premier parlementaire cycliste ? Un homme, futur ministre des Transports, qui se déplacait à vélo dans Paris (1). Et le premier curé-maire-cycliste (2)?

----- Le dilemne sport / tourisme ---------------------------
Les rapports entre "tourisme" et "sport" sont omni-présents. Après guerre le cyclosport réapparaît comme une gangrène à la FFCT, et ses dirigeants s'en plaignent régulièrement. La cause en est peut-être que ce sont surtout des Parisiens qui viennent aux réunions nationales, les provinciaux se faisant souvent représenter. (La passion de la vitesse gagne ensuite les clubs d'autres grandes villes). De là à voir un lien ? 

Je le vois par les conditions de la pratique en Ile-de-France, laquelle ne peut se faire qu'à grande vitesse et en force. De là aussi à y voir les raisons de la marginalisation de la gent féminine, dont le livre ne parle pas mais qui transparaît (on compte désormais à part les "dames et demoiselles", et en 1948 et 1954 a même lieu l'élection de "miss cyclo France", pp. 160 et 290 ; il y a Combe et Edith Combe, des randonneurs et des tandems mixtes, "heureusement des hommes sortent de l'ombre", etc ...) ? L'auteur relève après guerre des incivilités nombreuses et un laisser aller vestimentaire qu'on n'avait jamais vus dans les groupes cyclos avant la guerre. Faut-il faire un lien avec les traumatismes de la guerre, l'urbanisation croissante ou la faiblesse de la régulation féminine ?

L'ambiance de querelles permanentes décrite dans le 1er tome perdure. En 1948, la FFC inclut à nouveau le cyclotourisme, en représailles du cyclo-sport que la FFCT ne réussit pas à maîtriser (p. 162), nous dit l'auteur. Toujours est-il que la FFCT ne cessera de chercher à endiguer cet aspect sportif, mais en fait l'acceptera dès 1950 (page 203) et pleinement en 1954, où il bénéficie d'un réglement spécifique, puisque "le cyclotourisme pratiqué dans les clubs est de plus en plus sportif". A l'AG de 1956 il est demandé le classement de la FFCT dans les fédérations sportives (p. 319). Aujourd'hui "il est bien difficile de distinguer ce qui se cache derrière un cycliste mailloté, casqué, lunetté, ganté et parfois publicitarisé sur un cadre carbonne au top", commente l'auteur (p. 177). "L'expérience a montré que cet amalgame écartait de nos clubs les paisaibles promeneurs et les familles." Mais, dans sa conclusion, il est plus conciliateur : "Les turbulents cyclo-sportifs deviennent pour la plupart de sages cyclotouristes." Ce n'était donc pas la peine de se faire autant de soucis, tente-t-il de nous faire admettre. Et pourtant, à l'époque ils sont encore habillés pareils et montent les même vélos ! Que va-t-on découvrir dans le 3° tome ???

---- Cyclotourisme / vacances à vélo ? ------------------
Le cyclo-camping tend à quitter la FFCT, pour se réfugier tant bien que mal au TCF, lequel accueille volontiers aussi les "BMA" (bicyclettes à moteur auxiliaire) et même les "petits vélomoteurs". L'auteur note dès 1949 l' "émergence soudaine d'une génération spontanée de moteurs auxiliaires" ; "Les responsables du cyclotourisme n'ont pas conscience du danger qu'il représente", ajoute Raymond Henry (p. 218), mais la FFCT se refuse à les accepter dans ses rangs, ce qui est toujours le cas.

Les voyages lointains sont peu évoqués (donc peu pratiqués par les cyclos de la fédé, ou peu reconnus par sa direction), si ce n'est par un passionnant résumé du voyage de Lionel Brans de Paris à Saïgon. En 1950 un "Cercle des itinérants" est créé (p. 204), mais n'a pas survécu. Les "Semaines itinérantes" de la fédé n'avaient d'ailleurs pas eu beaucoup de succès. Ce sont finalement les adhérents qui créent l'orientation ...

D'autres difficultés apparaissent. La FFCT rêve d'une revue bien à elle, et trahit son accord avec la revue Le Cycliste (p. 255) qu'avait créée Vélocio et qui s'intéressait à toutes les manifestations du cyclotourisme, et les soutenait. Un peu plus tard, la FFCT renfloue ses caisses en vendant les adresses de ses adhérents à un publicitaire (p. 256), compte sur la publicité pour payer la revue mais n'en engrange pas, etc. On ne vous épargne rien ! Ni dispute, ni pluie, ni chiffres, ni les noms des responsables ! C'était dans les années d'après-guerre, et Le Cycliste se situait à un niveau de qualité largement supérieur à celui de la revue fédérale. Raymond Henry, quant à lui, nous signale tel ou tel article qu'il a donné au Randonneur...

---- Quel rôle pour la FFCT ? -----------------------
Au fil des pages on voit que la FFCT s'interroge sur son rôle : est-elle une fédération, donc au service de ses adhérents, ou un organisme au service du cyclotourisme ? Pas simple, peut-on dire … Sur son site internet, consulté pour l'occasion (un communiqué de 2013), on voit qu'elle est reconnue d'utilité publique. Elle a délégation du Ministre des Sports pour gérer le cyclotourisme, dans le droit fil de sa demande de 1956, mais aussi de la situation vécue pendant la guerre. «La délégation ministérielle confère à la Fédération une mission essentielle pour la réglementation des organisations, la délivrance de titres sportifs 

On aura vu la place prise par les aspects cyclo-sportifs dans ses événements et sa pratique, malgré ses dénégations et les efforts de ses dirigeants. Mais en ce dimanche 15 juin 2013 certains de ses clubs ont participé aux animations liées au Tour de France, par l'organisation de randonnées dans les villes étapes, calées sur le parcours des coureurs. Certains à la FFCT ont parlé de "naufrage" et de "trahison". Pourquoi "trahison" si la FFCT a délégation du ministre des Sports ? Après la "trahison" du Touring-club de France (voir dans le premier tome), il reste que le vélo de promenade n'a guère d'organisation faitière en France. Il est remarquable que la question ne se pose pas du tout dans les mêmes termes en Allemagne, au Danemark ou en Angleterre.


histoire,livre


  • Histoire du cyclotourisme
  • Tome 2, 1939 – 1955
  • Raymond Henry
  • décembre 2012. 
  • 45 €
  • Attention : Ce que je vous ai présenté ici n'est qu'un choix dans une masse d'informations toutes plus passionnantes les unes que les autres. Mon texte ne doit pas vous dispenser de lire l'ouvrage.

#------#---------#------------#-#-----------#----#-----------#---------------#-#--------#---#

 

(1) Robert Buron. (2) Le chanoine Kir.

Présentation du tome 1Histoire du cyclotourisme 1865-1939 (note de janvier 2013)

 

Ceux qui ont vu le livre comprennent le choix de la couleur !!!

 

Commentaires

L'élection de miss cyclo ... ça devait être quelque chose ! Merci pour cette petite rétrospective, Isabelle

Écrit par : hip hop Paris | vendredi, 28 juin 2013

Répondre à ce commentaire

Bravo, Isabelle, pour ce texte. Je suis, en ce qui me concerne, licencié à la FFCT et lecteur de la revue Le Randonneur. Comme tu le rappelles dans ton commentaire sur le texte de R. Henry, les rapports entre le sport et le tourisme sont à géométrie variable à la FFCT et je roule de préférence en couple, hors club. En tous cas je me suis régalé à lire le livre de R. Henry que je conseille à tous les amoureux d'histoire et d'histoires.

Écrit par : Michel Heffe | mardi, 02 juillet 2013

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu