La une des lecteursTous les blogsles top listes
Envoyer ce blog à un amiAvertir le modérateur

lundi, 20 mai 2013

La Sologne-à-vélo se perd dans les cailloux

loire-à-véloLa Sologne a été pauvre, au moins jusqu’à Napoléon III.  Aujourd’hui, je n’en sais rien, mais «les propriétés, c’est le pire obstacle au tourisme à vélo» m’explique-t-on : «les chemins sont barrés avant même la publication des itinéraires» …

Quoi qu’il en soit, l’itinéraire « la Sologne à vélo » n’a pas dû couter très cher. Il utilise de charmantes petites routes invisibles sur la carte routière habituelle, et quelques chemins reconditionnés en blanc-cailloux. L'étude de sa signalisation n'a pas dû prendre beaucoup de temps. Les chemins des châteaux, qui prennent sa suite, ne sont pas mieux. 


Pourquoi passer par ces chemins ?
Le chemin qui relie La-Ferté-Beauharnais à Neung-sur-Beuvron fait un angle bien pointu et un gros détour, alors que la petite route directe est tout à fait délicieuse. Par contre, le chemin qui arrive de l’est vers La-Ferté est utile, mais qu’est-ce qu’il est fatigant !

loire-à-véloloire-à-vélo

Pourquoi quitter cette charmante petite route ? Pour un détour en cailloux ? 



 

loire-à-véloDe gros cailloux
bien blancs

 

Itinéraire cafouilleux
Le problème, c’est que sans carte vous êtes perdu, tant la signalisation est sommaire (voir illustrations, plus haut et plus bas : pas de destinations et panneaux manquants ou tournés), et qu’avec une carte vous voyez les chemins qui rallongent pour rien.

Avec ou sans carte vous devrez traverser ou même utiliser des routes très circulées qui ne conviennent pas pour la promenade ni pour les enfants. Pour la promenade il y a les chemins blancs, mais ils sont usants. Et pour le cyclotourisme, il y a les petites routes charmantes, mais il n’y en a pas partout. Vous suivez ? Ce diverticule de la Loire à vélo ne convient pas à grand monde, ou alors à chacun son petit morceau.


loire-à-véloLe canal endormi attendra encore
A l’est, l’itinéraire s’arrête à Villegondin, c’est à l’ouest de Nouan-le-Fuzelier. Je le sais parce que j’avais une carte routière et que j’ai fini par trouver. Plus à l’est ça aurait commencé à être vraiment unique : l’itinéraire devrait longer le charmant canal de la Sauldre, un petit canal qui ne vient ni n’arrive nulle part, perdu au fond des bois. Les études sont prêtes, m’a-t-on dit, les financements débloqués, mais ça bloque. Ça sent la querelle de coqs.

loire-à-vélo

loire-à-vélo

    • Chez les rois, on perd ses os
    • A l’ouest l’itinéraire solognot est en jonction avec les boucles dites Les Châteaux à vélo, qui est diverticule de la Loire à vélo entre Blois et Saint-Dyé. Là, les itinéraires sont numérotés sur le dépliant mais pas toujours sur le terrain, où on préfère de vraies destinations, mais qui ne pas toujours suivies. On perd "Chambord" au profit d'un étang, par exemple. Les chemins sont de pierre et cailloux, notamment depuis la jonction sus-dite jusqu’à Huisseau-sur-Cosson (boucles 10 puis 8). Ce sont de terribles secoueurs d’os. A part la pose de quelques panneaux, rien n'a l'air d'avoir été fait de spécial pour les cyclistes. 

      loire-à-véloloire-à-vélo

loire-à-vélo

Un programme approximatif

Après ma nuit au camping de Huisseau, non-indiqué sur le dépliant bien qu'ouvert depuis plus de 20 ans, figurez-vous que j'ai voulu reprendre l'itinéraire. C'est pour ça que je me suis retrouvée tout à fait ailleurs, ce qui m'a fait un excellent raccourci ! Mais sans le guide, complété par la carte routière, je n'aurais jamais rien compris. Cette fois, ni panneaux ni dépliant n'ont pu me porter secours.

Ajoutez au tableau des chemins, blancs de cailloux et signalés pour ceux qui connaissent déjà, sans doute, le fait que le dépliant ne donne pas tous les hébergements ni tous les numéros de routes, et vous obtenez un souvenir impérissable de l’expédition, si ce n’est la beauté des bois et des allées royales, évidemment. C'est comme la Loire qui a débordé : c'est même souvent magnifique ! 

 

-----*****----- 

Commentaires

Bonjour,
Tout d'abord bravo et merci pour votre blog très complet et informatif sur l'actu du vélo.
Petit désaccord cependant sur votre critique d'itinéraires non goudronnés.
Oui les chemins, avec ou sans cailloux, sont moins roulants que l'asphalte. Mais si c'est indiqué sur les différents dépliants / sites internet, cela peut très bien convenir pour se balader à vélo et conserve un certain cachet.
J'ai par exemple fait le canal du midi il y a quelques années à vélo, et cela m'a enchanté. Pourquoi vouloir absolument le goudronner ? Effectivement lorsque le temps est humide, cela devient un peu plus compliqué avec l'eau qui s'accumule et qui rend l'itinéraire moins praticable.
Mais réhabiliter ces chemins doit il forcément passer par le goudron ?

Écrit par : noxyvelo | lundi, 20 mai 2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour Isabelle, je reviens de Picardie : l'aménagement en cours entre Peronne et Amiens le long de la Somme ne sera pas beaucoup mieux que ce que tu décris ici. Et pour Noxyvelo, sachez que les cyclocampeurs longue distance qui roulent chargés, avec des enfants dans les remorques par exemple, ne sont pas forcément prêts à pédaler toute une journée dans des cailloux, ou des terrains gorgés d'eau... et que donc un revêtement lisse et dur est bel et bien nécessaire sur les voies vertes.

Écrit par : velosteph | mercredi, 22 mai 2013

Répondre à ce commentaire

D'accord sur le fait que le goudron n'est pas forcément la panacée. Il y a par ailleurs différents types de "cailloux", entre les "machins" non tassés, énormes et coupants (les moins chers, déversés à l'arrache, tassés ou pas, au fil du temps par... les usagers) et les bien calibrés, tassés comme il faut (à la grosse machine à pétrole, mais il en faut encore + pour goudronner), drainants et arrondis donc non traumatisants pour des pneus supportant chacun 50 kg voire plus avec un vélo très chargé...
Bref, tassons!

Écrit par : Marien | jeudi, 23 mai 2013

Répondre à ce commentaire

Décidément, la société des fainéants est bien là. D'après vous, comment faisait-on avant l'invention du goudron? Comment faisaient les cyclistes? Ils roulaient et il n'en faisait pas tout un fromage. On veut s'en aller dans la nature, mais à la première occasion, faut la bétonner pour aller la voir? Les chemins de traverses sont ce qu'ils sont et laissons les tranquille.

Écrit par : alain | jeudi, 23 mai 2013

Répondre à ce commentaire

non, messieurs, il ne s'agit pas de paresse ni de pollution, mais de jugements expéditifs. Il s'agit de savoir si l'on prend le vélo au sérieux et si l'on se donne les moyens pour que davantage de personnes prennent l'habitude de l'utiliser, pas seulement pour "batifoler". Il s'agit aussi de savoir quel accueil on réserve aux touristes qui viennent exprès. On les laisse se faire renverser sur les routes qu'on n'a pas voulu sécuriser ? Désolée, c'est aussi une question de société. Et si vous n'aimez pas le goudron, proposez qu'on en enlève ailleurs ...

Écrit par : isabelle | jeudi, 23 mai 2013

Répondre à ce commentaire

Avant le goudron, quelques rares voitures roulaient sur des routes défoncées, stationnaient sur des espaces non aménagés, ou plutôt dans leur parc arboré ... Depuis, d'innombrables kilomètres de chemins ont été transformés en routes goudronnées, d'interminables rubans d'autoroutes posés sur des espaces plus ou moins vierges, des surfaces gigantesques ont été revêtues pour le stationnement d'engins métalliques utilisant du pétrole venu de l'autre bout du monde, nécessitant la construction de ports, de raffineries, causant périodiquement des marées noires ... sans parler du reste ...
Et lorsqu'on veut créer un réseau un peu confortable pour des véhicules légers se déplaçant exclusivement grâce à la force musculaire, quelques puristes exigent que ces cyclistes roulent sur des cailloux plus ou moins tassés, attendent après chaque épisode pluvieux que la terre ait séché, ou que le sol se soit réchauffé ...
Dans ma signature vous trouverez un lien vers une enquête publique sur un prolongement d'autoroute. N'y aurait-il pas là un commentaire utile à faire, suggérant que cette autoroute soit réalisée en cailloux tassés ou en terre battue, de façon à ne pas favoriser la paresse ?

Écrit par : Abel | jeudi, 23 mai 2013

Répondre à ce commentaire

Nous avons parcouru la Sologne en VTT début mai... notamment le canal de la Sauldre, uniquement adapté à des vttistes. Nous avons été étonnés de la multitudes de plaques "propriété privée, défense d'entrer" ... Que d'entraves à la circulation en forêt ! Les circuits de randonnée solognots sont tout de même bien agréables à parcourir en VTT, notamment à Yvoy le Marron ...

Écrit par : Claude | lundi, 27 mai 2013

Répondre à ce commentaire

Certes un chemin goudronné est plus facile à passer, mais quoi de mieux que du naturel ?
Merci pour cet article, ça nous donne envie de faire un tour par ces chemins de cailloux, et avec les enfants on cherchait une prochaine destination, ce sera bien volontiers la Sologne.

Écrit par : Sabrina Denancé | mercredi, 29 mai 2013

Répondre à ce commentaire

Isabelle a parcouru La Ferté-Beauharnais / Neung-sur-Beuvron il n'y a pas longtemps. Le plus direct ; il n'est pas mauvais ?
J'ai sous les yeux la carte Châteaux et Loire à Vélo. Il y a de bonnes choses ! Il est signalé le type de voirie (goudron, chemin...), les carrefours dangereux, etc.
Il y a de bons revêtements empierrés, et des goudronnés plein de trous.
Si tous les départements faisaient la même chose ?
Beaucoup d'ennuis viennent des personnes qui saccagent la signalisation, ou circulent en voiture, en véhicules tous-terrains, sur des voies interdites à cette circulation.

Écrit par : PRIMOUT Jacques | jeudi, 30 mai 2013

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu