Avertir le modérateur

mardi, 17 janvier 2012

Plébiscite pour les double-sens cyclables

A peine avions-nous publié la synthèse de Hans Kremers sur les palmarès et prix que le club des villes cyclables nous faisait parvenir … les résultats de son enquête nationale pour 2010 - 2011 !!!
Dans les communes, depuis 3 ans, qui a fait quoi en France pour le vélo ?
Vous allez voir que les réglementations nationales ont leurs vertus.


Heureusement que H. Kremers avait écrit que « l’objectif de cette enquête n’est pas d’aboutir à un palmarès », car c’est exactement ce que dit le club :

«Comment mettre au même plan 500 mètres d’aménagement cyclable dans une zone dangereuse pour le vélo et 500 mètres d’aménagement dans une section de rue déjà très calme ?
"Quel est le bénéfice apporté par tel aménagement de voirie en termes de sécurité et d’impact sur la vie locale, de « services » rendus aux usagers – piétons, cyclistes, PMR – par cet aménagement... ? »

Le club ne remet donc pas de prix, mais dresse un portrait des évolutions constatées depuis la dernière enquête, en 2007. Et Isabelle s'abstient de montrer ses photos. Voici quelques éléments significatifs relevés dans l'enquête.

 

De grands progrès à coups de zones

« Si on est encore loin de l’objectif selon lequel 100% de la voirie devrait être accessible au vélo, on observe une progression de 67% du linéaire cumulé des 43 collectivités qui ont répondu aux deux enquêtes 2007 et 2010. »

Augmentation de 67 %, sachant que «la zone 30 est la grande gagnante en 2010» et qui dit "zone" dit linéaire d’un coup élevé, et qui dit zone 30 dit aménagements légers, voire aucun aménagement.

3 villes sont citées en exemple dans ce domaine, Lorient, Strasbourg et Tours.

 

Plébiscite du double-sens cyclable

« Les double-sens cyclables sont la vedette de l’enquête 2010-2011/ + 413% !  C’est un aménagement de mise en œuvre simple et très efficace pour assurer le maillage et la continuité du réseau cyclable. De 2007 à 2010, ils marquent une progression de 413 % dans les collectivités qui ont répondu.  (…)

Ainsi Paris est passé de 7 km de double-sens en 2007 à 214 en 2010 !

Les double-sens cyclables apparaissent dans 72% des collectivités interrogées (base 117 sans double-compte) contre 30% en 2007. C’est donc bien aujourd’hui un outil majeur à la disposition des aménageurs. » 

DSC.jpg

Ce tableau ne prend évidemment pas en compte les rues à double sens normal, situation qui aurait dû rester normale ... et il doit être lu en tenant compte de la surface du territoire concerné.

L’étude regarde aussi ce qui se passe sur le stationnement («C’est toujours en 2010 la solution «arceaux» qui constitue l’offre de stationnement vélo»), les services de location, la modération de la place et de la vitesse des automobiles. De ce point de vue le tableau ci-dessous est à regarder de près, car il pointe des décisions favorables à tous, difficiles à mesurer et à voir après coup, et pourtant éminemment favorables.

modération ciculation.jpg

Les dépenses pour le vélo sont en moyenne de 5 € par an et par habitant, plusieurs agglomérations atteignant 10 € : Cergy-Pontoise, Strasbourg, Grenoble, Rouen, Toulouse, Angers, Thionville, Versailles. Evidemment, beaucoup de retard ou l'aménagement d'un seul axe très difficile, ou de façon luxueuse, ça peut coûter. Dans certains cas on se demande où est passé l'argent ... Mais de toutes façons c'est très insuffisant : aux Pays-Bas c'est encore aujourd'hui entre 12 et 22 € par an et par habitant (voir note du 10 janvier 2011).

Malgré tout le seul critère vraiment intéressant, c'est le résultat, ce qu'on appelle la "part modale", le nombre de vélos en service, quoi. L'étude n'en dit rien, faute de données fiables certainement. M. vélo est bien conscient de ce problème.

Quant aux accidents, et même si toutes les données ne sont pas non plus disponibles, on peut quand même penser qu'il n'y a pas lieu de paniquer.

accidents.jpg

Enfin l’étude note que désormais la moitié des répondants (représentant env. 40% de la population urbaine) a un chargé de mission vélo. L'histoire ne nous donne pas son niveau hiérarchique, mais le fait qu'un-e responsable identifié-e existe est en soi une bonne chose. Pour situer, l'équipe modes actifs compte 5 personnes à Nantes et 2 à Paris, ce qui ne veut rien dire ! Il faudrait aussi parler de la synergie entre élus et services, et de la politique globale.


Tout ça en tous cas nous mène loin du « "Lorient, Bayonne et Grenoble, championnes des villes cyclables" comme croit avoir compris le journal Les Echos, faisant état de l’étude. On se demande d’où ça sort, mais on constate que la manie des palmarès simplificateurs n’est pas morte !

 

Les résultats en pdf.
 

Commentaires

Le "palmarès" établi par Les Echos ferait référence aux "...plus belles progressions (qui) sont notées à Lorient, Bayonne, Grenoble Alpes métropole, Tours, Paris et Chartres."
En faisant preuve de mauvais esprit, on pourrait dire que ce parti-pris encouragerait les collectivités parties de rien ou pas grand-chose...

Écrit par : Jean-Jacques | lundi, 23 janvier 2012

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu