Avertir le modérateur

mardi, 09 août 2011

Via Rhôna : entrée interdite

Ste Colombe.jpg

Barrières et chicanes sont la plaie du cycliste. Sous prétexte de vouloir gêner les véhicules motorisés, ce sont surtout les véhicules à propulsion musculaire qui pâtissent. Ou bien est-ce donner d'un doigt et retirer d'une main, de peur que les cyclistes soient contents, comme cela s'est déjà vu (*) ?

Quelques photos prises sur la via Rhôna, de Sainte Colombe (en face de Vienne - photo ici) à Loire sur Rhône, envoyées par Alain Rivolla, auteur du riche blog Le petit braquet, spécialisé dans l'histoire du sport cycliste.

 

(*) Il s'agit de la peur des "hordes de cyclistes" !


Il est intéressant de noter le soin qu'il a été mis pour interdire à quiconque d'entrer sur la voie sans mettre pied à terre. Loire n2.jpgAinsi sur la photo à droite, la barrière en bois a été installée plusieurs semaines après le reste de l'équipement alors que beaucoup de cyclistes contournaient doucement la barrière en passant dans les graviers...

Parfois l'inutilité de l'équipement pourrait même faire sourire si tout cela n'était profondément gênant. Ainsi à Ste Colombe, la barrière que vous découvrez sur les deux photos du bas sépare la Via Rhôna et un quai réservé aux riverains et fermé par une borne électrique ...

- La Via Rhôna doit à terme relier le lac Léman à la Méditerranée en combinant divers types d'aménagements. Les élus locaux parfois trainent les pieds, mais la Via Rhôna a suscité beaucoup d'espoir pour les utilisateurs de vélo car dans le nord de la vallée du Rhône, il n'y a bien souvent que deux voies de circulation nord sud : la RN7 et l'ex RN86.

Sur le secteur au sud de Lyon, l'aménagement est, à mon avis, une aberration avec de multiples ruptures dans le tracé et des équipements qui découragent les utilisateurs de vélo pour les déplacements domicile travail. Nous sommes dans une zone périurbaine et la via rhôna pourrait être un formidable outil pour faciliter les modes de transport actifs.

barrière.jpgSur un secteur de douze kilomètres, qui existait en grande partie avant la via rhôna, c'est au total 9 sas identiques qui ont été installés et qui obligent systématiquement à descendre de vélo. Ces dispositifs interdisent également l'utilisation de vélo couché ou de vélo avec remorque enfant.

Comme vous l'évoquiez dans un de vos précédents articles, la rupture dans la continuité et la perte de temps que provoquent ces aménagements sont des freins au développement de l'utilisation du vélo comme mode de transport alternatif. Imaginons un instant que, sur la même distance, on impose neuf "stop" aux automobilistes...

Les quelques personnes que je connais qui utilisent leur vélo pour se rendre à leur travail m'ont fait part de leur mécontentement mais que faire ? J'ai l'impression que, comme souvent, on ne prend pas les choses par le bon bout alors que la Via Rhôna pourrait être un formidable outil de développement durable.

Ste Colombe.jpg

St Romain en Gal.jpg

-------------------------------------------------------------------------------------------

- Ces barrières ont été installées entre Loire sur Rhône à 25 kilomètres au sud de Lyon et Ampuis (le pays de la Côte Rôtie) 15 kilomètres plus au sud. Les  premières barrières de ce type ont été installées durant le mois de mai 2011 et depuis cela continue lentement mais sûrement et  j'en découvre une nouvelle chaque semaine... J'ai eu l'année dernière des contacts par mail avec le représentant de l'AF3V dans la région à propos de l'aménagement réalisé un peu plus au sud, sur le site naturel de l'ile du Beurre où les cyclistes sont obligés de descendre de vélo et de marcher pendant cinq cent mètres, pour "des raisons de sécurité". L'AF3V, tout comme bon nombre de promeneurs à vélo, n'a pas apprécié cet aménagement, à tel point que ce tronçon, qui est terminé depuis près de 18 mois, n'est toujours pas répertorié sur le site de l'AF3V.

Sur ce sujet, vous trouverez  plusieurs articles sur le site Le petit braquet ...

A. Rivolla, 20 juin 2011

Note de la rédaction : Dans ce domaine, on voit le pire comme le meilleur.
Deux exemples de bonnes réalisations iici, sur la voie verte ardennaise et sur la Loire à vélo.

VV des Ardennes.jpgsur la LàV.jpg

 

 

 

 

 

 

 

19 août : Nombreux commentaires et compléments d'information sur tout le linéaire sur le forum Velotaf.

Accès direct à la note de A. Rivolla ici.

Commentaires

C'est même pire que des stops pour les automobilistes. Un stop ne les oblige pas à descendre de voiture pour la pousser !
Ces passages étroits (à droite sur la première photo), en plus d'interdire en pratique remorques, vélo-couchés, bi- et tri-porteurs ... sont aussi tout simplement impossibles à utiliser dès qu'on a des sacoches sur la roue avant et même parfois à l'arrière même si elles sont plus hautes. J'en ai déjà fait l'expérience à Auxerre sur le petit bout de voie verte qui part au sud de la gare.
Quand aux barrières mobiles en U, j'ai pourtant un vélo tout ce qu'il y a de plus conventionnel, il est à peine trop long pour toutes celles que je connais. C'est à chaque fois une épreuve de contorsionniste.
Puisse votre voix et celle des associations être entendues et ces barrières promptement retirées.

Écrit par : sylvain | mardi, 09 août 2011

En vélo droit c'est déjà la plaie, alors avec une remorque, en tandem, vélo couché ou trike (j'ai tout essayé) je vous laisse imaginer ....

Écrit par : pH|Re | mardi, 09 août 2011

L'entrée n'est pas interdite !
Je ne vois pas de panneau d'interdiction.
L'entrée est simplement difficile pour un vélo, un comble pour une piste cyclable.
Et comme la blague est excellente, les utilisateurs de cette voie vont la trouver plusieurs fois sur le chemin ! C'est un peu le parcours du combattant ???
Une bande d'incompétents ... a encore sévi parce qu'ils n'ont pas de culture VELO et surtout ils ne sont pas formés ou bien conseillés.
Entre les scooters et les barrières, à un moment il faut faire un choix !
Maintenant, le scandale n'est pas là : il est dans le fait qu'une personne à mobilité réduite ne doit pas facilement ou ne peut pas entrer sur cette zone.
Ont-ils le droit d'être là ? ils ont 4 roues !
Alors pour un fauteuil poussé par un vélo, là c'est clair : c'est infranchissable.
Avec des rollers (8 roues), je passe à fond, no problemo !
Devons-nous toujours regarder notre nombril ?

Écrit par : Pietri | mardi, 09 août 2011

[...] Ces dispositifs interdisent également l'utilisation de vélo couché ou de vélo avec remorque enfant [...] et aussi les simples vélos équipés de sacoches...
Alors c'est sûr qu'avec un tricycle couché équipé de sacoches et tirant une remorque enfant, on sera bien mieux sur la route !

Écrit par : Micke | mardi, 09 août 2011

Nous déplaçant en tandem + carriole, nous devons souvent faire face à différents types de chicanes qui rendent effectivement notre progression pénible (parfois ça passe au millimètre, parfois ça ne passe pas du tout).
Un autre point négatif qui apparait régulièrement est la qualité du revêtement qui, contrairement aux exemples de l'article, n'est pas toujours très roulant. La présence de sable, silex ou épines augmente aussi les risques de crevaison.

Écrit par : Jean-Charles | mardi, 09 août 2011

Je me plaignais des chicanes de la Coulée verte de Massy à Paris, que j'ai depuis longtemps bannie de mes trajets utilitaires... j'avoue que cette Via Rhôna dépasse mon imagination. La première fois que je passe sur ce genre de voie verte, les aménageurs prennent 100 insultes à la minute à chaque chicane, et si je passe une seconde fois c'est la tronçonneuse.

Écrit par : Quentin | samedi, 13 août 2011

Que faire contre autant de bêtise ? Je suis contre le vandalisme en général, mais dans un cas pareil, je me rangerais bien dans le "camp" des faucheurs de plantes OGM.

Écrit par : Pool | lundi, 15 août 2011

Savez vous qui gère la création de la via Rhôna ? Je compte bien leur écrire, par mail et par courrier, pour leur dire ce que je pense de leurs aménagements.
Si nous sommes plusieurs à le faire, surtout en période d’élection, ils seront plus attentifs et nous écouteront peut-être, l'union fait la force.

Écrit par : Yann | jeudi, 01 septembre 2011

Tous les renseignements semblent se trouver sur le site de l'établissement public, selon l'information transmise par A. Cessieux, Délégué Régional Rhône Alpes de l'AF3V.

Écrit par : Isabelle | mardi, 06 septembre 2011

Le même Albert Cessieux nous fait savoir qu'il a écrit au président de la communauté de communes de la Région de Condrieu, qui a assuré la maîtrise d’ouvrage de l’aménagement. Il lui dit notamment que de tels contrôles d'accès ne figurent dans aucun catalogue ni guide technique... et qu'il ne comprend pas comment il a pu être si mal conseillé.
Sur son blog figurent d'autres photos. Au moins cette histoire aura-t-elle fait parler de la plaie des barrières ...

Écrit par : Isabelle | jeudi, 22 septembre 2011

J'ai publié un topo guide décrivant le parcours de Genève ou Annecy aux Saintes-Maries de la mer et Salins de Giraud en Camargue. En vente chez Cartovélo, 16 euros.

Écrit par : Claude Bandiera | lundi, 16 janvier 2012

À mon sens, il n'y a pas de solution qui arrête les motos, scooters et cyclomoteurs (2RM ou deux-roues motorisés) sans embêter les cyclistes.
- Chicanes: il faut que les tandems et les remorques (largeur maximum: 1 m) puissent passer.
- Dos d'âne: les tireurs de remorques attelées sous la selle seront gênés parce que le timon va taper sur le porte-bagage.
Le seul aménagement envisageable doit jouer sur la vitesse: empêcher le 2RM d'aller vite et donc le décourager; par exemple des chicanes (éloignées d'au moins 3 mètres et laissant un passage d'1 m de large, permettant de passer à 15 km/h).
Avec ça, un peu de répression à l'égard des contrevenants en 2RM.

Écrit par : Philippe Degand (GRACQ - Belgique) | dimanche, 18 novembre 2012

Tous ces équipements constituent une brimade, au même titre que les courbes sur les pistes des Maréchaux Sud à Paris à plusieurs intersections, notamment dans le XV° arrondissement.

Écrit par : Baërd | mardi, 20 novembre 2012

Je fais de la conception en aménagement, et justement je planche sur un projet de Véloroute Voie-Verte...
Effectivement notre "lutte": c'est d'empêcher l'accès aux cyclos moteur qui n'ont rien à faire sur une voie verte, mais quel solution empreinter?
Limiter les points d'entrées sur la voie verte, donc limiter le nombre de barrière, mais aussi limiter l'accès des riverains pour priviligiers les itinéraires de grandes distances... quand on sait que 70% des usagers de voie verte sont des locaux...
Limiter les barrières aux voitures : à mon sens c'est transformer la voie verte en piste de course pour les cyclos...
Je n'ai pas encore de solution miracle... mais je prends tous commentaires et idées.

Écrit par : Aurélie R. | vendredi, 23 novembre 2012

Empêcher à tout prix l'accès au 2RM est une aberration, empêcher l'accès aux 4RM est simple et non dérangeant avec un simple potelet.
Concernant la vitesse des cyclistes, la simple présence d'autres usagers fait ralentir naturellement. Qu'un cycliste atteigne 50km/h sur une centaine de mètres ne gêne personne. Faut-il vraiment mettre des barrières tout les 50m pour limiter la vitesse à 30km/h ?

Écrit par : Nicolas | mercredi, 15 avril 2015

Les cyclos qui voudront passer le feront de toute façon. Avez-vous d'ailleurs des éléments factuels pour penser que ce serait la "ruée des cyclos" ??
Quand le remède (cf. premières photos de l'article) est pire que le mal, c'est le moment de se poser des questions.
Donc je confirme, seules les voitures peuvent être sensiblement empêchées de rentrer sur une voie verte.
Tous les dispositifs les plus alambiqués les uns que les autres ne gênent surtout... que les cyclistes !

Écrit par : Colibri | mardi, 27 novembre 2012

Même sur les voies vertes, les vélos sont victimes des potentiels motorisés. Désespérant

Écrit par : Pierre n. | mardi, 27 novembre 2012

le site du petit braquet a changé d'adresse : http://www.lepetitbraquet.fr en haut,
http://www.lepetitbraquet.fr/edito.htm pour le lien en bas de l'article et
http://lepetitbraquet.fr/voie_verte.html pour l'accès à la note de Rivolta

Écrit par : Abel | lundi, 24 décembre 2012

Je voulais te dire qu’il est nécessaire que tu actualises ton site sur la ViaRhôna. En effet elle reste sur ton blog avec la mention « entrée interdite ». Ce n’est plus le cas depuis plus d’un an. Suite à notre demande les « mâchoires » ont été supprimées. La signalisation a été mise en place entre St Rambert et Loire sur Rhône. Tout n’est pas merveilleux mais cela devient très convenable. Il ne reste que 3 barrières mises en place par la réserve naturelle de l’ile du Beurre.
J’en profite pour te dire que, sur mon Blog, j’essaie d’informer des nouveautés. J’ai relaté la randonnée que nous avons faite cet été de Genève à la mer et tu verras la vidéo que j’ai prise sur le passage de ces barrières pour essayer d’en montrer le ridicule ! Non ViaRhôna n’est pas terminée mais aujourd’hui on peut y faire une très belle randonnée. Je te signale que le récit de ma notre randonnée est très consulté et je me suis même rendu compte qu’il était traduit en Allemand et en Anglais !

Écrit par : Cessieux, Albert | samedi, 05 janvier 2013

Sur la signalisation : Elle est complète le long de la Via Rhôna, à quelques lacunes près, de Loire sur Rhône à Saint Vallier.
Par contre la signalisation de rabattement (qui permet de la trouver quand on n'est pas dessus) est inexistante (à moins que le Père Noël l'ait réalisée le 25 décembre) dans les agglomérations qui la bordent. Ainsi à Loire sur Rhône le départ n'est signalé par la moindre indication sur l'ex RN 86 et les cyclos ne la trouvent pas. Il en est de même à Saint Romain en Gal, à Sainte Colombe (en face de Vienne), et à Ampuis ; à Condrieu le panneau directionnel est placé de telle manière qu'il est invisible depuis la RN, de même à Chavanay, à Serrières...
Des panneaux "pirates" commencent à fleurir du genre "la Via Rhôna c'est pas là" avec une flèche. Cette situation est préoccupante car elle dure depuis l'inauguration du dernier tronçon il y a environ un an.
Interpelé par mes soins le Maître d'Ouvrage (la CC de Condrieu) n'a jamais répondu. G. P., relais local de l'AF3V

Écrit par : PELLOUX, Gilbert | samedi, 05 janvier 2013

Nos élus que je salue et que je respecte sont souvent mal conseillés et à trop vouloir sécuriser et "ouvrir le parapluie" on en arrive à des aberrations qui rendent inutilisables de belles réalisations. J'ai l'intention de faire la via-Rhôna avec vélo et sacoches au mois de mai-Juin mais j'avoue qu'avoir à franchir de tels obstacles me pousse à aller risquer ma vie au milieu des autos ...

Écrit par : Christian | mercredi, 26 février 2014

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu