Avertir le modérateur

mardi, 14 décembre 2010

Paris nomme son 4° M. Vélo

Alain Boulanger.jpgC’est Alain Boulanger qui deviendra monsieur vélo à la Direction de la voirie de Paris.
Il succèdera à Tristan Campardon, parti en juillet dernier.


M. Boulanger ne prendra pleinement ses nouvelles fonctions que le 3 janvier 2011 mais il a déjà été présenté aux associations lors du comité technique vélo du 7 décembre. Il sera "responsable de la division vélos".

M. Boulanger, qui est ingénieur, se déplace quotidiennement à vélo. A l'heure où j'écris, il est encore chef de la division Mobilien, ou plutôt déjà un peu à cheval sur les deux missions. Au moins il est sûr qu'il connait le vélo. Sous l’appelation « Mobilien » se trouvent en effet les lignes de bus améliorées, dont les couloirs acceptent les vélos tout en bénéficiant de protections physiques (par exemple boulevards Montparnasse, Port-Royal, Saint-Marcel et de l’Hôpital, jusqu’au pont d’Austerlitz).

De plus il enseigne l’organisation des déplacements urbains en 3° année de l’école des ingénieurs de la Ville de Paris.

On peut penser que s’ouvre une période de stabilité, M. Boulanger étant resté plus de 7 ans dans ses précédentes fonctions. On se réjouit aussi de voir que le vélo est confié à un homme d’expérience. Cette fois, en plus, le titulaire connaît bien les rouages parisiens, puisque, pour la première fois, il est déjà de la Maison. Il est le 4° titulaire du titre, depuis sa création en 2002.

 

 

Commentaires

Moi je parlerais plutôt de 5° M. Vélo, car avant les officiels il y en a eu un autre, officieux mais efficace : Jean-Baptiste Vaquin, membre du cabinet du Maire de Paris, Jean Tibéri. C'est grâce à lui que le vélo a commencé à être considéré comme un vrai moyen de déplacement, que les associations ont été écoutées, et qu'un réseau significatif d'aménagements cyclables (en lien dans ma signature l'état en 1998) s'est constitué.

Écrit par : Abel | vendredi, 24 décembre 2010

Exact. Je m'associe à cet hommage. On doit de nombreuses choses à M. Vaquin. Par exemple le comblement du passage qui existait sous la tête du pont du Carousel, rive gauche, qui auparavant était un piège cycliste in-guérissable. A l'époque il fallait être très gonflé pour fermer un sous-terrain à voitures, et d'ailleurs nous savons que ce fut une rude bataille, dont J. B. Vaquin n'a pas été récompensé, à cause de la proximité des élections municipales. Il est bon de le rappeler. Merci Abel.

Écrit par : Isabelle | vendredi, 24 décembre 2010

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu